Thématique 2. Présence au Hara

Cet exercice a été spécialement conçu pour toutes les personnes qui ont des difficultés à lâcher prise, à se recentrer et à s’ancrer, et à accepter pleinement l’expérience de l’incarnation.

Par la Présence au Hara, autrement dit la zone centrale du bas-ventre, vous vous reliez à un centre énergétique très important de votre individualité.

En l’harmonisant grâce à la pleine conscience focalisée sur lui, il vous le rendra au centuple, notamment sur le plan de la confiance en soi, de l’équilibre émotionnel, de la vitalité, et de l’ancrage.

REMARQUE : Cet exercice est optimisé pour la position debout. Si vous n’êtes pas à l’aise avec cette position, vous pouvez bien sûr pratiquer l’exercice en position assise ou couchée. Laissez alors simplement de côté les instructions relatives à la position debout.

Présentation

Ce n’est évidemment pas le fruit du hasard si vous disposez d’un corps physique. Il n’est pas à rejeter, ni à négliger. Contrairement à la croyance qui a été véhiculée par certaines religions, le corps physique – au même titre que la dimension matérielle – n’est pas une chose impure dont il faudrait se distancer pour se rapprocher de Dieu. Ce n’est certainement pas sans raison que Jésus disait “ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous ?” (Cor 6:19).

Le corps physique est une dimension à part entière de l’âme et comme rien n’est séparé de rien, vous pouvez prendre contact avec la substance de l’âme qui vous anime en prenant appui sur votre corps physique, à chaque instant, au travers des sensations transmises par votre système nerveux. En disposant d’un corps physique, vous disposez par là même d’une porte d’accès à l’âme. Vous pouvez à tout moment vous connecter consciemment au champ d’énergie de l’âme en le sondant à l’intérieur du corps physique. C’est dans le centre de gravité de ce dernier que se trouve d’ailleurs un des centres de l’âme les plus importants de l’incarnation.

Ce centre se situe au niveau du bas-ventre, à environ trois doigts sous le nombril et cinq centimètres en direction de la colonne vertébrale. Les japonais appellent ce centre intérieur “Hara” et les chinois “Tantien inférieur”. Il est en lien avec le 2ème chakra majeur nommé Swadhisthana dans la tradition hindoue (sans pour autant lui être identique), mot sanskrit signifiant “demeure de l’Âme”.

Ce centre énergétique n’est pas toujours facile à localiser au début de la pratique. Il peut vous apparaître sous la forme d’une sensation subtile, diffuse et faiblement perceptible. S’il vous est difficile de ressentir cette zone, aidez-vous des sensations produites par les mouvements de votre respiration, dans le bas ventre. Ne générez pas de tensions inutiles en vous acharnant à localiser avec précision ce centre, mais tentez de vous en approcher avec douceur et patience, en fonction de vos capacités du moment.

Je vous recommande de pratiquer cet exercice le matin au réveil. Buvez un verre d’eau tiède et démarrez l’exercice. En faisant cet exercice juste après le réveil, vous vous offrez la possibilité de démarrer votre journée dans les meilleures conditions. D’une part, vous empêchez vos mémoires inconscientes de vous conditionner en vous faisant partir dès le réveil dans vos schémas habituels. D’autre part, vous entamez votre journée en vous libérant des tensions et des énergies qui auraient éventuellement pu vous influencer durant la nuit sans que vous en ayez conscience. Il faut savoir que durant le sommeil l’inconscient continue de vous influencer et des jeux d’énergie inconscients peuvent perturber la physiologie de votre corps et conditionner votre état d’esprit dès le réveil si vous n’êtes pas vigilant-e. Il n’est pas rare en effet de ressentir d’étranges sensations dans le corps, un ventre noué, une agitation nerveuse ou des états d’âme qui n’ont pas de raison d’être apparente. En vous recentrant immédiatement sur votre Hara et en libérant consciemment le corps de toutes ses tensions inutiles, vous regagnez un peu de terrain sur ces conditionnements inconscients et vous vous ménagez un espace de paix intérieure et de bien-être pour démarrer votre journée du bon pied.

La réharmonisation induite par la présence au Hara s’accompagne parfois de ressentis énergétiques intenses, mais qui en principe ne durent jamais très longtemps (pas plus de quelques heures normalement). Ces phénomènes sont positifs dans la mesure où ils traduisent une remise en mouvement des énergies qui étaient jusque-là bloquées, stagnantes. D’anciens nœuds d’énergie sont ainsi transmutés, permettant à l’énergie vitale de l’âme de retrouver un meilleur flux dans le corps.

Sachez que la Présence au Hara et la respiration NATURELLE telles que vous serez invité-e à en faire l’expérience dans cet exercice méditatif, sont sans risque, car la seule chose que vous faites est de permettre à l’intelligence de l’âme de procéder par elle-même aux rééquilibrages. Dans un état de pleine conscience et de relâchement corporel optimal, le flux de la respiration s’adapte aux besoins du corps, harmonieusement.

Si certains effets énergétiques attirent votre attention durant l’exercice et les heures qui suivent, laissez ces manifestations avoir lieu en veillant toujours à les ressentir sans volonté particulière si ce n’est celle qui consiste à leur offrir une observation attentive et bienveillante, ce qui est la meilleure manière de laisser l’âme poursuivre son œuvre de transmutation-réharmonisation tout en améliorant votre maîtrise de vous-même par la même occasion. Tant que vous vous maintenez dans cet état de lâcher-prise, vous ne risquez absolument rien, car c’est une Intelligence supérieure qui prend le relais et qui agit en arrière-plan.

Nota bene : les personnes qui ne sont pas dans leur corps, qui ont l’impression d’être à “côté de leurs pompes”, “déphasées” ou “déséquilibrées”, tireront les plus grands bienfaits de cet exercice, car il équivaut à un recentrage, à un ancrage et à un enracinement.